Discussion: Réimplémentation de l’instruction civique et morale dans le curriculum haïtien


Par Rosie Bourget

Quand nous étions à l’école primaire, dans tous les établissements scolaires de la République d’ Haïti, une instruction civique et morale était dispensée. Elle initiait les élèves au fonctionnement des institutions. Elle définissait leurs devoirs mais aussi leurs droits et leurs libertés. Pendant de nombreuses années, ce supplément de travail pour les enseignants et les élèves était justifié par des considérations ultra-patriotiques. Grâce à l’éducation civique et morale, les élevés d’alors devenaient de braves citoyens, courageux et disciplinés. Ils connaissaient la Dessalinienne par cœur, ils étaient prêts à verser l’impôt du sang  pour défendre la patrie contre ses ennemis extérieurs.

De nos jours, existe-t-il en Haïti des personnes morales capables d’expliquer aux jeunes comment fonctionne la société dans laquelle ils vivent ? D’une façon générale, chaque citoyen se doit de transmettre les valeurs morales aux autres. Mais en Haïti, la valeur morale n’est plus de mise. La preuve, l’affaire du directeur exécutif du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) Pierre Espérance qui a suscité la démission de Marie Yolène Gilles, assistant responsable de programme de cette organisation, après avoir reçu le fameux chèque d’un million cinq cents mille gourdes (1.500.000 gdes) datée du 2 décembre 2016 par la BMPAD (Bureau de Monétisation des Programmes d`Aide au Développement).

Le cas du nouveau Directeur Général (DG) du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP), Louis Mary Cador. Filmer l’acte sexuel au moment où il se passe ? Prendre des photos nues au moment du coït (partie génitale exposée comme un serpent boa) ? C’est un court métrage pornographique à voir sur tous les grands écrans et à ne pas rater sous aucune forme de prétexte.

Où est la moralité dans tout cela ? Où est passée l’éthique professionnelle/personnelle ? Être directeur général de l’éducation Nationale, n’est pas une mince affaire. Vous êtes une figure de proue (personnalité marquante, type de personne symbolique) de MENFP. Si vous êtes un homme de tête il vous faut un minimum de décence. Si vous dites que vous êtes éducateur attitré, alors agissez en tant que tel. Votre moment intime, encore moins votre rapport sexuel ne doit en aucun cas être filmé, voire photographié. Parce que les photos restent et demeurent la preuve tangible qu’une cérémonie ou qu’un acte a bien eu lieu.

Depuis l’arrivée de l’administration de Jovenel Moise, un clou chasse l’autre, en d’autres termes, un zin remplace un autre zin. De  Willot Joseph (EMAIL-imay) à Gracia Delva (IV, i, ii, iii) à la présentation du discours d’installation de la nouvelle directrice du SMCRS, Magalie Habitant. Maintenant il est question de galerie de photos nues de Louis Mary Cador. Le pays ne fait que fonctionner sur du zin. Il faut dire que ce n’est pas n’importe quel zin, c’est du bon zin. Certains intellectuels arrivent à même traiter Magalie de «  FATRAS ». D’autres réclament sa démission pour de nombreuses fautes de frappe qui arrachent l’oreille.

L’ignorance n’épargne personne

À force d’être trop éclairé, oubliant qu’il est un haut fonctionnaire de l’état, ignorant les conséquences néfastes de l’utilisation des appareils électroniques dans des moments intimes, ce  homme vient de ternir davantage l’image de l’éducation Nationale. Quand on a la moindre petite tache à son casier, disons mieux, si on a du pain sur la planche…..pour la survie de l’institution le mieux serait de faire preuve de grandeur, de démissionner immédiatement de son poste s’il arrive la moindre accusation certifiée en cours de sa fonction. Donc c’est aussi simple et c’est cela logique.

Comme le temps a changé

Autrefois, après la famille, l’école était le lieu par excellence de la sociabilisation et de l’initiation au civisme. Celui où les enfants apprennent à dompter leur envie de remuer ou de parler, à respecter l’enseignant et les autres, à acquérir des notions élémentaires d’ordre, d’hygiène, de discipline et les bases de la morale.

Notre article a pour objectif de soutenir la compréhension et la mise en œuvre de l’enseignement moral et civique par une entité crédible  pour les ministres et directeurs de l’Éducation Nationale, les enseignants, les équipes de la communauté scolaire, les directeurs d’école primaire et secondaire et les chefs d’établissement. Cette mise en œuvre ne s’agit donc pas d’une nouveauté dans le curriculum, elle s’appuie sur : la morale qui désigne les règles de conduite présidant à l’action humaine et se référant à des normes: le bien et le mal, le juste et l’injuste. Et le civisme qui est l’un des piliers de la société, un état d’esprit qui doit pousser les citoyens, au minimum, à ne pas gêner les autres, à ne pas perturber le fonctionnement de la société.

Notre société se portera mal tant les dirigeants haïtiens n’assumeront pas leurs responsabilités vis-à-vis de la collectivité, tant qu’ils ne seront pas imprégnés de sens civique.  La situation s’aggrave et le péril nous paraît si grand que nous estimons nécessaire de reprendre ici certaines de nos idées déjà publiées dans Haïti Observateur il y a trois (3) ans. Elles sont très simples et ne font que réactualiser des notions bien connues mais trop souvent perdues de vue.

Carence en rôle modèle

Avant 1986, la morale enseignée était une morale civique en ce qu’elle était en liens étroits avec les valeurs de la citoyenneté (connaissance de la République, appropriation de ses valeurs, respect des règles, de l’autre, de ses droits et de ses biens). Aujourd’hui, nous pouvons compter sur les doigts d’une seule main, et même élever quelques doigts de la même main, il nous est quasi-impossible de trouver trois personnes en Haïti pouvant servir de modèle pour les jeunes.

Avec un homme immoral comme Pierre Esperance, quel avenir pour cette organisation ? que peut-on espérer de  (RNDDH) ? Pour l’édification de Louis Mary Cador, un citoyen honnête et respectueux de valeurs ne doit pas prendre des photos nues. Arrêtez de nous prendre pour des imbéciles. Vous dites que vous êtes « profondément choqué et abasourdi », vraiment! Si c’est le cas pourquoi n’aviez-vous pas tiré Votre Révérence au lieu d’attendre qu’on vous remercie de votre hardiesse? Un homme digne de ce nom partirait sur la pointe des pieds.

Il ne suffit pas de dénoncer un chantage M. Cador, il faut aussi prendre en compte les conséquences de votre comportement et faire en sorte que vos petites manies insupportables soient corrigées, même lorsqu’on ne montre pas à un vieux singe de faire la grimace.

Il est important de vous apprendre que ce n’est pas la publication sur les réseaux sociaux de vos photos intimes qui ont causé du tort à la communauté éducative et au grand public, c’est plutôt votre petitesse d’esprit et votre manque de pudeur en tant que père de famille et haut fonctionnaire de l’État. Mais est-ce que ça dérange si on perd sa réputation et son boulot pour une séance pornographique ? C’est ce qui arrive quand c’est l’immoralité qui occupe la première place dans votre liste de priorités. Alors, que demander de plus ?

Espérons que quand vous perdez, vous ne perdez pas la leçon. Afin d’apprendre à utiliser les appareils électroniques à bon escient. Car c’est une arme à double tranchant. Pour mieux nous faire comprendre, aparèy elektwonik se tè glise, lè l van n ou, li ba ba w papye.

r_bourget@yahoo.com

MTS (Maitrise en Travail Social)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s