Se Sentir Supérieur Aux Autres


Se sentir supérieur aux autres cachait bien souvent un profond sentiment d’insécurité : le fameux complexe de supériorité ne serait en fait qu’un complexe d’infériorité que l’on cherche à pallier. Le sentiment de supériorité, chez l’homme, ne se mesure pas à sa réussite et au temps passé dans la quiétude et la sérénité, mais c’est plutôt un sentiment de dignité et de vertu ressenti dès l’instant où la foi s’installe dans son cœur. En fait, les valeurs humaines trompeuses ne l’ébranlent pas, car il est attentif à la réalité de l’existence et son esprit libre et clairvoyant est doté d’un équilibre mental qui lui permet de s’élever du niveau des sens au niveau de l’esprit et de ne point s’adonner corps et âme aux plaisirs du monde terrestre.

Les valeurs fausses et trompeuses ne peuvent détourner l’esprit et la raison d’un être des valeurs divines, car les premières sont si méprisables et viles qu’elles ne peuvent le pousser qu’à la vanité et l’orgueil, de même qu’il n’est pas à ce point vil et faible qu’on pourrait le croire. L’homme doit éviter toute soumission qui l’humilierait et porterait atteinte à sa personnalité aux yeux d’autrui. Il ne doit soumettre  qu’à Dieu seul et il ne doit se comporte en toute chose qu’avec droiture et honneur.

La vanité et la suffisance sont des obstacles sur la voie du progrès et de l’accomplissement de soi et empêchent toute avancée dans la vie. La souffrance du vaniteux et son autosatisfaction le conduisent à l’immobilisme et à l’inaction, ou pire même, à la régression. A l’inverse, l’autocritique, alliée à un dynamisme soutenu, mène au progrès et à la perfection de l’être humain. « La fatuité empêche de progresser ». Celui qui s’enorgueillit de son bon état ne peut améliorer sa situation.

La lutte contre la vanité mensongère et l’autosatisfaction aide l’homme à avoir une vision plus réaliste et plus véridique et mène au progrès et au développement. Ce n’est que lorsque nous nous attachons aux vérités et détournons nos esprits des pensées illusoires que nous parvenons à réaliser des actions bénéfiques et positives. Autrement nous resterons dans l’obscurité et l’ignorance et nous jugulons notre esprit dans sa quête de progrès et de lendemains meilleurs.

Le vaniteux est cette personne dont la vision est troublée et qui, par une sorte de compensation, s’attribue des qualités qu’elle ne possède pas. « Celui qui est satisfait de lui-même et de ses actions a perdu la voie de la raison et se prend pour ce qu’il n’est pas ».
Le vaniteux qui adore son moi ressemble au ver de soie prisonnier des fils qu’il a tissé autour de lui-même. Il est ivre d’orgueil et de suffisance parce qu’il s’imagine être un modèle inimitable. « L’ivresse de la vanité est plus grave que l’ivresse du vin ».

 

Publicités