Discussion: Les fêtes de fin d’année, un facteur de stress : quelques conseils


Image result for saison des fetesImage result for saison des fetes

Bien que la période de Noël est censée apporter de la joie et de l’harmonie à tout le monde, les attentes nombreuses liées aux fêtes de fin d’année peuvent nous donner l’impression d’être submergés. La pression peut monter très vite si ces réjouissances et attentes d’échanges divers vous dépassent.

Lequel d’entre nous ne s’est pas senti coupable au prétexte qu’il ou elle s’y prend trop tard, ou mal d’après soi, pour organiser tel ou tel repas familial, qu’il soit de Noël ou de fin d’année, ou encore parce qu’à l’idée du travail à abattre le découragement lui vient. En fait, tout est une question de bon sens. Ce qui, vous en conviendrez, est un stress supplémentaire.

Nous avons tendance à vouloir que le temps des fêtes soit l’occasion de plaire à tout le monde. Mais il est important de tenir compte de nos limites d’énergie, de la profondeur de nos poches et de notre emploi du temps. C’est normal de craquer pendant les fêtes de fin d’année, mais si vous voulez réduire le stress, essayez de ne pas exagérer.

L’ensemble des facteurs générateurs de conflits intérieurs

Cette période peut aussi générer, chez certains d’entre vous, de la nostalgie, de la tristesse, des peurs génératrices de stress, en raison de : l’absence d’un ou de proches (séparation, éloignement géographique, deuil…). Conflit familial (mésentente au sein du couple, désaccord avec un parent, un enfant…). Absence ou rupture de vie sociale (éloignement de la cellule familiale, handicap, problème de santé, absence de descendance…). Période vécue dans l’enfance, dans l’adolescence comme souffrante, sans joie, contraignante… Absence d’emploi, emploi précaire, éloignement géographique.

L’ensemble de ces facteurs peut faire des fêtes, une période de fin d’année stressante, génératrice de conflits intérieurs. Vous êtes en dualité interne entre vos obligations ou ce que vous croyez être vos obligations et votre ressenti.  Cette période peut, également, être vécue, douloureusement, par un sentiment de solitude qu’elle soit choisie, subie, imposée,  en fonction des circonstances.

Évitez le piège de la comparaison

Ne mesurez pas votre générosité, votre disponibilité, vos préparatifs, vos cadeaux à ceux des autres. Il y aura toujours quelqu’un de plus généreux, de plus disponible ou recevant que vous, peu importe la créativité dont vous ferez preuve ou l’argent que vous dépenserez. Et parlant d’argent, évitez autant que possible les stress économiques des fêtes qui sont parmi ceux qui affectent le plus les individus.

Restez dans les limites du budget fixé

Les conséquences psychologiques qui découlent du fait de dépenser plus qu’on en est capable sont aussi dévastatrices que les conséquences financières elles-mêmes. Rappelez-vous la dernière fois que vous avez trop dépensé pour un cadeau qui, finalement, n’a pas même fait plaisir à l’autre.

Limitez votre consommation d’alcool

Ayez le sens de responsabilité et limitez le nombre de raisons de lever votre verre et de le vider. Parmi les résolutions couramment prises au Nouvel an, boire moins d’alcool est la décision qui se place en tête de liste. Les réceptions organisées à l’occasion des fêtes de fin d’année permettent de rencontrer des gens, de goûter à de délicieuses gâteries et bien souvent de boire un peu plus d’alcool que beaucoup d’entre nous en ont coutume.

Avec toutes les activités sociales où les toasts sont portés au Nouvel an, certains d’entre nous ne se rendent pas compte de la quantité d’alcool qu’ils boivent. Affrontez cette période des fêtes avec une sensibilisation accrue à la consommation problématique de l’alcool et devancez la ruée sur la liste des résolutions du mois de janvier.

Quand vous êtes à une réception, espacez les boissons que vous consommez. Attendez qu’une heure se soit écoulée avant de siroter une autre boisson et ne manquez pas de manger quelque chose afin de ne pas boire l’estomac vide. La nourriture dans votre estomac ralentira les effets de l’ivresse alcoolique. Alternez les boissons alcoolisées et non alcoolisées. Et, méfiez-vous du punch, il pourrait vous mettre au tapis plus rapidement que vous ne le croyez.

Avant, pendant et après la saison des fêtes

Le stress peut être présent dans les jours précédents les fêtes, le jour des fêtes, mais aussi apparaître postérieurement. Il est important d’avoir conscience que les fêtes de fin d’année sont reliés un moment familial. Elles sont évocatrice de souvenirs, de rappel de certaines situations, elles ne sont pas anodines, «elles vous remuent à l’intérieur». Vous pouvez être en dualité entre ce que vous ressentez et ce que vous vous sentez devoir faire ou être au regard de vos enfants, vos proches, de la société.

Elles peuvent réveiller ou rappeler certaines blessures, dévalorisation de vous, sentiment d’infériorité, d’incompréhension, de ne pas pouvoir être vous, de devoir faire plaisir à l’autre, de ne pas se sentir à votre place. Elles peuvent être le moment d’expression de chose tue jusque ce jour, un moment de refoulement par absence de possibilité de s’exprimer, etc…Le stress est une réaction normale de votre organisme face à cette situation. Si vous avez les solutions pour y faire face, votre corps retrouve son équilibre, vous vous épanouissez, malgré ce qui vous apparaît comme un passage difficile.

Ce qui devrait être une période de paix, de joie et de libéralité devient une période de bousculades, de courses précipitées et d’inquiétude. Laissez tomber la culpabilité de ne pas pouvoir tout faire et commencez par prendre soin de vous-même pour gérer vos tensions et trouver des moyens d’apprécier ces congés de fin d’année, si Noël vous met les nerfs en pelote. Il est important de trouver le juste milieu afin de pouvoir profiter des vrais plaisirs du temps des fêtes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s